Très chers Tangueros

S’il vous plaît, mes chers Tangueros,

– Prenez le temps de sentir la place que je prends dans vos bras et laissez-moi le temps de l’occuper. Marchez d’abord avec moi, bercez-moi, donnez-moi le temps de comprendre votre corps et prenez celui de décoder le mien… et ensuite, surprenez-moi avec des jolis boleos et autres sacadas. Pas avant.

– En parlant de surprise, j’adore. Rien de plus ennuyeux qu’un partenaire avec qui je me mets en mode de pilotage automatique. Rien de plus fantasmatique qu’un partenaire qui n’est pas là où je l’attends, qui me soulève au moment où je m’y attends le moins. J’adore me sentir toujours un peu au bord d’un petit précipice, tout en sachant que vous me rattraperez…

– Parler en dansant? Ne me racontez pas votre vie : je veux pouvoir me concentrer sur la danse. Pendant 3 mn, vous êtes au centre de mon attention, toute concentrée sur ce que vous faites, pas ce que vous dites.

– D’accord, vous êtes un dieu du Tango et je ne suis qu’une humble débutante, mais s’il vous plaît, pouvez-vous éviter les leçons non sollicitées? « Alors là, tu vois, quand je fais ça, toi tu devrais répondre comme ça…  » C’est votre corps qui devrait m’indiquer ce que je dois faire, pas vos paroles. Si vous devez le dire, c’est que le dieu du Tango, c’est quelqu’un d’autre.

– Votre eau de toilette? Ouh, s’il vous plaît, évitez, ou alors juste un minuscule pouch-pouch discret sur votre poitrine, mais pas sur vos mains, de grâce! Je vais le trimballer ensuite d’un danseur à l’autre, et à la fin de la soirée, sentir le tango-combo du jour, mmm… non, merci.

– En parlant d’odeur, soyons directs : la transpiration saine du jour me permet de me shooter à vos phéromones (vous n’y croyez pas? Si). Quand elle n’est pas lavée, je dégrise.

– Si vous m’invitez à danser alors que vous venez de prendre votre toute première leçon, pourriez-vous me le dire, s’il vous plaît? Je ne vous en voudrai pas, mais si vous ne dires rien… peut-être bien.

– Je peux admettre qu’il se peut qu’un soir vous n’aimiez pas particulièrement danser avec moi : vous êtes fatigué, vous traversez une passe de Tango Funk, c’est peut-être même moi qui ce soir-là ne suis pas dans mes bottines? Endurez-moi 2 danses, souriez, et dites simplement « merci » en me raccompagnant à ma place. Vous avez même le droit de ne plus me réinviter. Mais de grâce, ayez l’élégance de ne pas me traiter comme un sac poubelle mal attaché, c’est pas trop bon pour mon ego, encore moins pour mon tango… ni pour votre réputation : les Tangueras, ça se parle entre elles, le saviez-vous?

5 Commentaires

Classé dans C'est la vie

5 réponses à “Très chers Tangueros

  1. C’est fascinant comme ces conseils aux tangueros pourraient aussi s’appliquer aux amants!

  2. talonsrouges

    @femme libre: n’est-ce pas? ;-)) À part peut-être celui sur l’eau de toilette qu’on ne veut pas trimballer d’un partenaire au suivant… on n’oserait pas dire ça à un amant…? si?

  3. Héhé! On n’oserait certainement pas le dire en effet mais ça s’applique tout autant!

  4. Et puis on n’oserait probablement pas lui dire non plus en dansant que son eau de toilette nous incommode, non?

  5. philippe

    Assez bons conseils surtout en ce qui concerne les odeurs auxquelles je suis très (trop?) sensible. Après une milonga l’odeur de mes mains est effectivement devenue écœurante !!! Avant je n’imaginais même pas qu’on pouvait se parfumer les mains!!!
    Mais il y a aussi les haleines parfois repoussantes…
    par contre très peu de femme sentent la transpiration…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s