Ce qu’il ne faut surtout pas se laisser aller à dire

Tu vois, il ne faudrait surtout pas, par exemple, se laisser aller à dire des trucs du genre :

– Tu me manques tous les jours;

– Je rêve de t’emmener visiter Paris à pied;

– Wow. Tu existes pour vrai? Tout ce combo-là, il existe vraiment, pas juste dans mes fantasmes?

– Les enfants que tu voulais, que tu voudrais? Je te les aurais tous faits. Il y a 10 ans.

– Même quand t’es pas lavé, tes phéromones me font damner;

– Ah, explorer chaque centimètre carré… pas de Paris, non, de tes petits coins à toi.

– Ah, danser dans les rues la nuit…

– Je fais comment, maintenant, pour oublier qui tu es?

– J’en veux un juste comme ça. Mais à ma taille, enfin, à ma case horaire.

– Je t’ai parlé des Tango 3 mn affairs? C’était pas tout à fait vrai. C’était juste dans tes bras à toi.

– Je suis super au lit. Ben oui, si, c’est vrai. Enfin, je suis sûre que ce serait vrai avec toi, parce que je sais ce que c’est que de danser dans tes bras. C’est encore mieux que ça.

Oh boy, où est-ce que je me retrouve, moi, dans tout ça?

– Est-ce que c’est juste moi qui ai manqué de courage?

– Est-ce que tout ça s’est passé dans ma tête?

Évidemment, on ne peut pas vraiment parler de tout ça, parce que vraiment, faut se garder une ‘tite gêne, hein? Alors à la place, parce que tu es loin-loin, je te fabrique des petites proses pas tout à fait inventées, mais soigneusement éditées, pour que tu m’imagines ailleurs, gaie, légère et pleine d’idées. Mais la conversation s’enlise à force de faussetés, et je vais te dire la vérité, lamentablement, justement parce que tu ne la liras pas : j’en suis encore là, et mes roues spinnent à force de vouloir continuer à rouler quand même alors qu’elles sont prises dans le sable mou. Quand on se retrouve dans une ornière, pour en sortir, ça prend des cales, de l’huile de coude et des tours de reins. J’ai sorti tous les miens, ça marche pas.

Des Tract-Aid, peut-être. T’aurais pas ça, dans ton coffre, des fois?

3 Commentaires

Classé dans C'est la vie

3 réponses à “Ce qu’il ne faut surtout pas se laisser aller à dire

  1. Et pourquoi on ne pourrait pas être vraie et dire ou écrire tout ça à la personne concernée? Il y a le risque qu’il se pousse, outré? Mais oui, il y a ce risque. Il se poussera peut-être (ou peut-être pas) mais au moins il saura et on aura eu le plaisir de dire, car c’est libérateur et c’est de l’affirmation de soi!

  2. talonsrouges

    @femme libre : been there, done that… simplement parce que ça ne servirait à rien, ne changerait rien à rien, à part nous rendre un peu plus contrits… En tout cas, je vous jure qu’il sait, même si ces mots-là n’ont pas été dits. Comme il faut quand même que je les dise, eh bien, ils sont ici.

  3. Et vous le dites fort joliment!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s