Je veux qu’elle m’adopte

Quand on larmoie, avec elle, ça ne dure jamais longtemps. Elle met en scène des grandes tablées à la Sautet, des gamins délirants à la Pennac, des petits plaisirs minuscules à la Delerm, elle va même jusqu’à se la jouer un peu balzacienne dans ses détails architecturaux. Elle plonge dans la facilité, s’en délecte, jongle avec, la retourne comme un gant et nous avec. Et moi, je l’aime. Et quand en plus elle cite T.S. Eliot dans le texte, alors là, je craque.

Je ne sais pas si c’est de la grande littérature, mais ce que je sais, c’est que j’ai envie de son monde d’éclopés chaleureux et solidaires. J’aimerais bien qu’une tribu, de papier ou autre, m’adopte. Bon, j’en ai bien une qui venait avec mon certificat de naissance, mais elle venait aussi avec des liens un peu trop ambivalents et compliqués, alors je me suis tirée. Il reste que la chaleur et les embrouilles d’une tribu brouillonne, grouillante et enveloppante me manquent, et qu’il n’y en pas pas 2 comme elle pour recréer ce bordel dans lequel j’aimerais bien trouver refuge. Ah, entrer dans ce petit monde de papier, m’y faire un petit coin et y rester planquée!

Anna, tu veux bien m’adopter, hein, dis?

Moi, il m’a fallu un titre pour t’adopter : «Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part»…

Anna Gavalda, La Consolante, Éd. Le Dilettante - Dis, Anna, tu veux bien m'adopter?

5 Commentaires

Classé dans C'est la vie

5 réponses à “Je veux qu’elle m’adopte

  1. Moi, moi, moi je vous adopterais sur le champ !
    En attendant, j’ai souligné tout le bonheur que vos mots m’inspirent en vous remettant ce prix weblogueste, par chez moi.

  2. talonsrouges

    @Intellex: m’adopter? Ah oui, je veux bien! :-)) Un prix weblogueste? Hein? De quoi? Bon, je m’en vais voir ça…

  3. Je fouille encore ma vieille tête d’ivrogne, depuis le premier jour de ce billet, à propos d’un roman où justement la jeune fille souhaitait être adoptée par une famille, pour l’admiration qu’elle leur portait… bon, j’y arrive plus, j’étais juste venu donner ma langue au chat… j’éviterai de féminiser cette expression qui aurait pris alors de drôle d’allures et d’intentions.

  4. Je peux avoir la garde partagée avec Intellex?! Ce serait chou.

    Pour Anna G. je sais qu’il est de bon ton de la trouver trop « accessible ». Qu’est-ce qu’on s’en sacre!

    Il y a déjà amplement de « boring but important » (expression consacrée du milieu journalistique à propos de tous sujets mortels).

    Il y a beaucoup plus d’essentiel dans certains pas de danse que – parfois – dans un éditorial de Jean Daniel – que j’aime bien mais ne poussons pas.

    J’ai dit!

    Bisous endiablés

  5. moy

    ca faisait longtemps que je n’avais pas lu une aussi belle critique pour ce livre. L’adhésion n’est pas aussi unanime que pour ensemble c’est tout … dommage que les lecteurs n’aillent pas jusqu’au bout de l’histoire, ils ne savent pas ce qu’ils ratent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s