Le bliss est dans le seau

Je suis allée vérifier si je pouvais retrouver au moins quelques petits morceaux de mon Bliss (bonheur suprême ou absolu, dixit R&C), malencontreusement mal rangé dans le sac d’un voyageur parti avec sans le savoir. Il me semblait qu’il se pouvait bien que j’en retrouve quelques petits morceaux à recoller dans le sable chaud fourré entre mes orteils, quelque part sur une plage du Maine (ouais, ouais, celle-là, la quétaine, bon).

Ça faisait des années que je n’avais pas vu la mer (7 ans? une absurdité totale). La dernière fois, j’avais des enfants : Fiston et son meilleur ami. La mer, sans enfant à crémer, nourrir, consoler, engueuler, sans dispute (il m’a mouillé, il avait promis! il m’a piqué mon seau/arrosoir/bâton! c’est pas juste, sa crème glacée est plus grosse que la mienne!), bref, sans enfant comme prétexte pour se sentir in-dis-pen-sable à la bonne marche du monde, ce ce n’est pas du tout la même chose. (Pensée hasardeuse : serait-ce pour ça qu’on fait des enfants, d’ailleurs?)

Bref, la mer sans enfant, bof. Bon, il y a bien l’iode (pas mal, l’iode en direct), mais il y a aussi des malotrus qui installent leur parasol, leurs 3 fauteuils de plage, leur glacière prévue pour nourrir un bataillon d’ogres obèses, et même –si– leur cigare! juste là, là, entre vous et votre vue imprenable (because la marée haute, mais manque de pot, ça ne dure qu’un temps) sur les grosses vagues lénifiantes.

Et voilà le beau Sam qui s’amène, tout sourire, la main tendue et les yeux rieurs. Il m’a fait craquer, avec ses pieds rebondis, ronds comme des coussins. Il m’a tendu son seau en plastique rouge, a pointé l’océan du doigt : «Bath!» Oui, un bain, un beau grand bain d’eau très très froide. Dix-neuf mois. Il avait décidé que je ferais une compagne de jeux acceptable.

Ça me manque, d’être maman à plein temps. Accepter d’arrêter d’être in-dis-pen-sable? Je vais y penser. Mais j’aime quand même bien les petits pieds rebondis et les seaux de plastique rouge qui m’éclaboussent…

1 commentaire

Classé dans C'est la vie

Une réponse à “Le bliss est dans le seau

  1. Viens pêcher la telline avec moi. J’ai pas des très grands pieds et je sais éclabousser.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s