Reprenons le pouvoir

sitecontrebourragecrane.jpg

16 janvier 1990. Un bébé de 2 semaines à la maison, Moron père à la Maison-Blanche, qui décide d’aller au secours du pétrole du Golfe persique, et des milliers de gens, collés à leur écran, qui regardent CNN en boucle, badauds d’un genre nouveau.

Des millions d’images : Desert Storm, une guerre «chirurgicale» , des puits de pétrole en feu, des nappes de fumée noire, des bébés koweitiens brandis comme autant de preuves de cruauté du camp adverse, des images trafiquées, une marée noire provoquée, un tourbillon d’images manipulées …

Est-on plus informé après un gros plan sur un flaque de sang, un plan large sur une foule déchaînée, un travelling sur la course éperdue de passants affolés, un plan fixe sur une regard affolé de mère qui hurle d’avoir perdu ses enfants? Non: on est ému, touché, et totalement impuissant. Ces images ne font que renforcer un sentiment écrasant d’impuissance coupable. Rien pour pousser à l’action, à la pensée rationnelle.

C’est tellement grave que la seule chose que je peux faire, c’est ouvrir un paquet de chips.

À chaque événement sanglant (tsunami, massacre à la tronçonneuse ou à l’AK-47, écrasement d’avion dans lequel se trouvaient des compatriotes, sinon, à quoi bon?), on fait intervenir une foule de spécialistes, témoins pointus d’une réflexion flash, sans recul. Une avalanche d’opinions hâtives et quelquefois contradictoires, qui noient la nôtre. Au mieux, dans les cas les moins tragiques, des tempêtes dans un verre d’eau. Est-on mieux informé après avoir entendu toutes ces analyses à vif? Probablement pas. Peut-être même un peu plus confus. Que veut-on savoir? Pourquoi a-t-on besoin de tout savoir, là, tout de suite? Est-ce que c’est même possible?

Il reste des chips?

Ce n’est pas de l’information – ça s’appelle de l’infotainment, une façon comme une autre de retenir notre attention en attendant la prochaine tranche de pub. C’EST POUR ÇA QU’ON EST LÀ. Pour la vraie info, qui ne capitalise pas autant (on n’osera pas dire pas du tout) sur l’image-choc, il y a les journaux, Internet, et bien sûr, la radio.

Les parents du bébé né 2 semaines avant la première Guerre du Golfe ont éteint la télé à l’heure des infos. Seize ans plus tard, périodiquement, ils refont un essai, et éteignent de nouveau la télé.

Virginie? Un peu de dignité, allumons la radio. Dans tous les cas, on peut changer de station, éteindre, cliquer ailleurs ou tourner la page.

Reprenons le pouvoir, celui qui nous reste: réfléchir sans trop de parasites.

3 Commentaires

Classé dans C'est la vie

3 réponses à “Reprenons le pouvoir

  1. J’ai fait comme toi. Rien regardé. Pas de mérite, je regarde jamais. Mais cette fois, c’était un geste conscient.

    Il fait enfin beau. Tout de même.

  2. Blonde: pareil ici. Je ne regarde jamais les infos à la télé, mais cette fois-ci, c’était tout à fait délibéré. Je ne rate jamais une occasion d’inciter mon entourage à en faire autant!🙂

  3. Problème réglé: pas de télé chez moi. Remplacée par radio, musique, livres…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s