J’aime la vie quand elle rime à quelque chose

… Nougaro, «Rimes riches».

pic00198.JPG

La vie, ma vie, la vôtre, riment tout le temps,

elle peuvent pas s’en empêcher.

… la mienne rime avec le blues du dimanche matin qui ne trouve pas l’odeur de fourrure chaude de son amoureux sous les draps, le nez d’un Earl Grey qui fume, d’un croissant qui beurre à vous émouvoir Daniel Pinard, le regard d’un fiston qui philosophe et vous jette à terre, un pépé grabataire qui vous met la main au panier, une mémé qui joue à la balançoire, un con qui déclare la guerre quand vous avez un bébé tout neuf, un illuminé qui fait des bulles aussi grandes que lui dans un parc déserté par les mamans-poussettes, un vieux en gandoura qui hurle à la lune parce qu’on a marché sur la Lune, un fiston qui découvre qu’il a «un os dans le pénis, Mamaaaaan au s’cours!», l’espoir fou d’un amour tout neuf, Fiston et son copain qui découvrent l’hilarité de se baigner tout nus, terminer 4e dans une course de canot qui vous laisse les bras morts, un papa qui nous assure qu’on n’est peut-être pas la plus belle mais qu’on est sûrement la plus intelligente, un amoureux qui vous vous fait tourner comme dans les films de Lelouch, une crème brûlée à se damner, le cassoulet qui va peut-être bien vous enrober les hanches, vous arrondir le balcon à affoler les garçons, mais en attendant, vous fait fondre de reconnaissance, un Amadeus qui vous arrête pile-net-frette-sec sur vos tracks de rockeuse New Age, une amie qui vous envoie une déclaration d’amour à vous faire embrasser le gène XX au complet, un décolleté qui vous démontre un peu tard que ça aurait peut-être été ben l’fun d’être la plus belle pour aller danser- mais qu’il fallait y penser à 20 ans, une chercheuse de tête qui vous assure qu’elle paierait un fric fou pour la vôtre, un fou-rire complice en lisant Mère indigne, un tite larmette en lisant la belle Blonde

Ce qui joue dans mon iPod, c’est ça. Ça rime avec ma vie, et je n’en voudrais pas d’autre.

«Peut-être que j’hallucine,

peut-être que quelqu’un a mis dans mon gin,

2, 3 kg de narcotine…

Et si c’est pas l’ paradis, faites que jamais je ne dégrise»…(Le Monde est rendu peace, Marc Déry)

Et la vôtre, elle rime avec… ?

8 Commentaires

Classé dans C'est la vie, C'est ma job

8 réponses à “J’aime la vie quand elle rime à quelque chose

  1. Denis Thibault

    Bonjour Tassili!

    Bravo! très beau texte.
    Je pense que le bonheur, c’est comme l’amour: ça se cultive, ça s’entretient. Comme on fait avec les fleurs qui passent l’hiver sur le bord de la fenêtre, en tournant le pot pour que le soleil fasse le tour de la question. Comme on fait avec les tricots qu’on sort de la sécheuse, encore humides, pour les finir à l’air libre. Comme on fait avec le pain crouté acheté la journée même, parce que c’est meilleur. Comme on fait la plupart du temps avec tous ces petits riens ou ces grands ouvrages qui nous requierent tant et si bien de l’âme et du corps qu’ils nous remplissent d’une joie que rien ne peut atteindre quand le centre de la vie irradie. Enfin, de temps en temps.

  2. Beau texte en effet! Ma vie, ces jours-ci, rime plutôt avec ça:
    Smile though your heart is aching
    Smile even though its breaking
    When there are clouds in the sky, you’ll get by
    If you smile through your fear and sorrow
    Smile and maybe tomorrow
    You’ll see the sun come shining through for you…
    (Madeleine Peyroux, Smile, Half the perfect World)

    Comme quoi, j’essaye de rester positive, parce que c’est vrai que le soleil brillera à nouveau demain. Même à Vancouver il finit toujours par se montrer!

    PS: Serait-ce le Denis Thibault qui a une relation privilégiée avec Josée Blanchette😉 ?
    Denis, j’en mettrais ma main au feu, on s’est connu il y a quelques années. « Labo de cataloguage », ça te rappelle quelque chose ou bien je suis dans le champ?

  3. Je crois bien que oui, il s’agit du même Denis Thibault qui aime philos0pher avec Joblo!
    Très honorée de votre visite, M. Thibault!
    Et en plus, vous seriez aussi le copain de labo de Véro? Ah, ça, le monde est petit, même en blogue!😉

  4. J’oubliais, aussi: j’ai entendu Patrick Groulx dire «Le bonheur, c’est comme le sucre à la crème: il suffit d’en fabriquer.»
    Je seconde, mais des fois, on oublie la recette…

  5. Denis Thibault

    Wow! tu parles d’une surprise!

    @Véronique! Non tu n’es pas dans le champ. Merci de ton coup de chapeau. Je suis aller voir ton site. Je te fais signe aussitôt que possible. Catherine, Bertrand, Marianne. Pas de doute c’est toi!

    @Beau geste Tassili! (je vous en dois une!). Oui, oui, c’est celui-là même qui aime écrire dans le blogue de Josée Blanchette et qui sévit à l’occasion. Mon dieu, quelle histoire!

    Merci pour vos bons mots. Je redis que c’est la beauté de votre texte qui est à l’origine de tout et que ce sera toujours un plaisir de venir vous rendre visite. Ne m’en veuillez pas trop de ne pas toujours laisser des commentaires.

  6. Mais non, Denis, je ne vous en veux pas, d’ailleurs, je ne laisse pas toujours de commentaires, même et surtout quand un texte me touche tellement que les mots me manquent, alors pensez si je comprends!
    Et pour Véro, ça me fait plaisir, je suis une réseauteuse-née! :-))

  7. Denis Thibault

    On se comprend! Bonne journée à vous!

    D

  8. Apparemment, cette fois-ci, cela rimait avec surprise et retrouvailles.
    Pour moi, ça rime avec « j’aime beaucoup ce texte ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s