La peur d’être vieux

dentier2.jpg

En lisant Chroniques Blondes, la semaine dernière, j’ai été prise de vertige. En lisant tous ces témoignages magnifiques, je me suis demandé: j’étais où, moi, pendant que ma vie passait?

Vide sidéral. Rien à dire. Depuis, j’en ai récupéré quelques-uns, des «j’y étais», mais… je sais qu’il va falloir que je m’attelle à en fabriquer d’autres.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu une peur démesurée de la vieillesse (et de la célébrité aussi, mais disons que pour ce risque-là, ça va, il est pas mal écarté).

Pas spécialement peur des rides, non, peur du trou noir édenté de ma grand-mère qui hantait mes cauchemars, du rétrécissement du monde à la mesure exacte de la pharmacopée quotidienne, des pas prudents qui ne mènent plus nulle part, de la pensée qui radote et ratiocine, de la vie qui se peau-de-chagrine aux dimensions de la télé, de la pauvreté au quotidien sans rien pouvoir faire pour que ça change.

Mon ex (un de mes ex – bientôt, ça va faire une nation) a une mère qui, à 86 ans, est courbée comme un vieil olivier.

Là s’arrête la pitié : elle accompagne son fils en rafting sur la rivière Colorado, milite pour la paix et les droits de l’homme, est même allée jusqu’à se faire arrêter au Chiapas lors d’une manifestation pas trop bien vue par la police. Il y a 3 ans, son mari et elle ont conçu les plans de leur nouvelle maison, qu’ils se sont fait bâtir à Chicago, alors qu’ils habitaient à Houston, parce qu’ils commençaient à s’ennuyer un peu de leurs enfants. Ils ont donc, à 83 ans, non seulement déménagé, mais aussi dealé avec des contracteurs (quiconque a déjà fait appel à eux sait à quel point ça peut être éprouvant, même avec 50 ans de moins), changé de climat, d’environnement, d’église, de copains… you name it.

À Fiston qui s’inquiétait de ne pas vraiment savoir où il s’en allait dans la vie, elle a répondu : «J’ai eu 3 enfants. L’un (l’ex) collectionnait déjà les cailloux à 5 ans (il est géologue), l’autre a trouvé sa voie à 16 ans, et la dernière à 30. Donc, tu vois, il n’y a pas de voie tracée pour tout le monde. L’important, c’est que tu aies du fun aujourd’hui. Et puis demain. Et puis après-demain. Ta vie, c’est ça. Et dans tout ça, n’oublie jamais de chanter.»

À moi, qui m’émerveillais de sa vitalité, de son courage, elle a dit : «Je combats la paresse tous les jours. Quand je n’ai pas envie de faire quelque chose, parce que je suis fatiguée, parce que ceci ou cela, je mets un pied devant l’autre. Et puis un autre. Et encore un autre. Et je finis par y arriver. Et tous les matins, ne me réveillant, je me réjouis: Yéé, j’ai au moins encore une journée devant moi!»

C’est donc ça le secret: pour se fabriquer des «J’y étais», il suffit de mettre un pied devant l’autre. Et c’est comme ça qu’on devient une belle vieille dame, inspirante et drôle.

Et comme elle a encore toutes ses dents, pas de risque qu’elle hante mes cauchemars.

8 Commentaires

Classé dans C'est la vie, Nostalgie, Uncategorized

8 réponses à “La peur d’être vieux

  1. Tout le monde a peur de vieillir, je pense. C’est viscéral. Et pourtant, c’est pathétique de s’accrocher à un âge qui n’est plus le nôtre. Bien que les générations soient de moins en moins marquées, même chose avec les goûts. L’amie de ma fille de 16 ans écoute exactement la même musique que moi et j’en ai 53, Janis Joplin, Harmonium, Les Stones, name it. On a énormément de points communs malgré le multigénérationnel et pas seulement pour la musique.

    Ma mère me fait penser à la mère de votre ex. Dynamique, occupée, en amour aussi à 80 ans. Faut prendre rendez-vous pour la voir. Elle doit bien avoir des petits bobos (en fait, je le sais qu’elle en a) mais ne comptez pas sur elle pour vous les raconter. Aucun apitoiement d’aucune sorte. Un pied devant l’autre, comme vous dites.

    « J’étais où, moi, pendant que ma vie passait? »
    C’est ce que je me suis demandé aussi quand j’ai eu la surprise de me découvrir à 50 ans, sans l’avoir vu venir. Même surprise quand je croise mon image dans une vitrine, un pas énergique, un sentiment tout ce qu’il y a de plus juvénile, mais oups! l’image ne correspond plus au senti. Il y a discordance.

    Alors, votre article sur la peur du vieillissement, il me rejoint tout à fait!

  2. Des fois, c’est la surprise de constater qu’on a l’impression de regarder le film de la vie de quelqu’un d’autre… Et pourtant, c’est nous.

    Vieillir? De toutes façons, on n’y peut rien. Rien du tout. Autant se faire de belles journées comme vous dites…

  3. Michel D.

    N’empêche qu’à chacun de mes anniversaires, j’ai un « bad hair day » du *$%*&#$(*?@#$!!! Ça doit-être ça être un adulescent. Pas vouloir vieillir. **soupirs**

  4. Un jour, une vieille dame de 86 ans et de ma connaissance, s’acheta un manteau. Le faisant admirer à son entourage, elle fit ce commentaire qui m’alla droit au coeur: « bien sûr, il était plus cher que l’autre, mais à mon avis tellement plus solide! »
    Il lui fit effectivement bien dix ans. Elle le porta tous les hivers. Sauf celui où elle se cassa la jambe en courant après son bus.
    des bises.

  5. Anita, j’aime l’optimisme de votre vieille dame!
    Michel, Blonde, Femme libre: p…, ça fait chier, quand même, hein?😉

  6. réponse à « ça fait chier, quand même »

    Ha!Ha! Tassili, bien sincèrement….. OUI!

  7. Mon grand père a vécu jusqu’à 95 ans sans médicaments. J’espère bien avoir hérité de ses gènes ! Il a conduit sa voiture jusqu’à 94 et tenait maison tout seul.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s