Assumer la bitch

Comment fait-on, quand on est une indécrottable chercheuse d’amour sous toutes ses formes, qu’on ne veut pas passer pour la bitch de service, qu’on ne veut surtout pas faire de peine, pour dire à quelqu’un qui a fait de son mieux – mais son mieux, ce n’était pas encore ça : «Désolée, ça ne marche pas. Il faut qu’on arrête ça».

Quand faut-il arrêter de se justifier, comment faire pour que l’autre n’ait pas l’impression qu’on vient de foutre le bordel dans ses tripes, et qu’on les remet sur la table avec une moue, style «Merci, sans façon».

On le dit en face, une bonne tasse de café à la main. Avec des biscuits maison? Quand même pas.

Pensiez-vous qu’on parlait d’amour?

Non. De boulot.

De temps en temps, il faut bien se résigner à être la bitch de quelqu’un, parce qu’au moins, l’honneur (de l’autre) sera sauf.

Parce que demain matin, mon honneur à moi n’en mènera pas large: il sera habillé en bitch.

bitch2.jpg

1 commentaire

Classé dans Assumer la bitch

Une réponse à “Assumer la bitch

  1. Tellement vrai…Dur ces moments de vérité…que la balle soit dans notre camp ou dans l’autre…

    Jamais facile à dire ou à entendre…je suppose que ce sont les risques qui viennent avec la recherche amoureuse..;))

    ly

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s